11 avril 2006

La croisade contre la loi sur l'égalité des chances !

Si la plupart des lycéens et étudiants ont repris le chemin des cours, d'autres font de la résistance.
Grisés par leur récente "victoire" sur la CPE, ces révolutionnaires en herbe se voient déjà faire disparaître l'intégralité de la Loi sur l'égalité des chances et le CNE.
Cette loi qualifiée sur ces pages "d'immonde" par un commentateur bien avisé (sic) recèle des mesures indispensables pour lutter contre la discrimination et offrir des chances d'avenir à ceux qui en ont le plus besoin.
Une fois de plus, ces personnes n'ont retenu qu'une chose dans cette loi : l'apprentissage junior.
A les entendre, nous voilà revenu au temps de l'esclavagisme forcené et l'état obligeant ces pauvres enfants à travailler dans des conditions atroces !
Quelle horreur !!!
Sans plus tarder vérifions ensemble ce que dit la loi :

L'article L. 337-3 du code de l'éducation est ainsi rédigé :

« Art. L. 337-3. Les élèves ayant atteint l'âge de quatorze ans peuvent être admis, sur leur demande et celle de leurs représentants légaux, à suivre une formation alternée, dénommée “ formation d'apprenti junior ”, visant à l'obtention, par la voie de l'apprentissage, d'une qualification professionnelle dans les conditions prévues au titre 1er du livre 1er du code du travail. Cette formation comprend un parcours d'initiation aux métiers effectué sous statut scolaire dans un lycée professionnel ou un centre de formation d'apprentis, puis une formation en apprentissage.

« Une fois l'admission à la formation acquise, l'équipe pédagogique élabore, en association avec l'élève et ses représentants légaux, un projet pédagogique personnalisé. Un tuteur, désigné au sein de l'équipe pédagogique, est chargé de son suivi. Il accompagne l'apprenti junior tout au long de sa formation, y compris lors des périodes en entreprise, en liaison avec le tuteur en entreprise ou le maître d'apprentissage.

« Les élèves suivant une formation d'apprenti junior peuvent, à tout moment, après avis de l'équipe pédagogique et avec l'accord de leurs représentants légaux et jusqu'à la fin de la scolarité obligatoire mentionnée à l'article L. 131-1, mettre fin à cette formation et reprendre leur scolarité dans un collège, y compris leur collège d'origine, ou un établissement d'enseignement agricole ou maritime. À l'issue de la première période de formation, ils peuvent également demander à poursuivre le parcours d'initiation aux métiers si leur projet professionnel n'est pas suffisamment abouti pour leur permettre de signer un contrat d'apprentissage.

« Le parcours d'initiation aux métiers comporte des enseignements généraux, des enseignements technologiques et pratiques et des stages en milieu professionnel, et ce dans plusieurs entreprises. L'ensemble de ces activités concourt à l'acquisition du socle commun de connaissances et de compétences mentionné à l'article L. 122-1-1 et permet à l'élève de découvrir plusieurs métiers et de préparer son choix.

« Les stages en milieu professionnel se déroulent dans les conditions prévues à l'article L. 331-5. Lorsque leur durée excède une durée minimale fixée par décret, ils donnent lieu au versement, par les entreprises au sein desquelles ils sont effectués, d'une gratification dont le montant est fixé par décret. Cette gratification, d'ordre financier, n'a pas le caractère d'un salaire au sens de l'article L. 140-2 du code du travail.

« L’élève stagiaire en parcours d'initiation aux métiers, avec l'accord de son représentant légal, peut signer un contrat d'apprentissage à partir de l'âge de quinze ans, à la condition qu'il soit jugé apte à poursuivre l'acquisition, par la voie de l'apprentissage, du socle commun de connaissances et de compétences mentionné à l'article L. 122-1-1 dans la perspective d'obtenir une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles.

« L'ouverture des parcours d'initiation aux métiers dans les lycées professionnels et les centres de formation d'apprentis est inscrite au plan régional de développement des formations professionnelles mentionné à l'article L. 214-13.

« Les dépenses de transport scolaire spécifiquement liées à la formation de l'apprenti junior sous statut scolaire donnent lieu à une compensation au département par l'État, dans des conditions fixées par décret. »

Honnêtement je ne vois rien de choquant dans ce texte, je ne vois que la volonté d'apporter rapidement uen réponse adaptée à ceux qui sont en échec scolaire avec l'objectif de ne pas leur faire perdre un temps précieux dans la poursuite de leur instruction et l'acquisition de compétences.

Que ceux qui rêvent de faire abroger cette loi prennent bien toutes leurs responsabilités, parce qu'elle concerne également :
- la rémunération des stages en entreprise
- l'élargissement des zones franches en milieu sensible pour favoriser la création d'entreprises et l'embauche
- la création de l'Agence nationale pour la cohésion et l'égalité des chances qui vise à aider toute personne rencontrant des difficultés sur le plan de l'insertion sociale ou professionnelle comme la lutte contre la discrimination, l'illetrisme, la mise en service du Service civil volontaire, etc...
- le contrat de responsabilité parentale pour remédier aux difficultés d'ordre éducatif que peuvent rencontrer certains parents. Cette mesure rappelle aux parents leurs devoirs de parents et leur propose un dispositif d'aide sociale et éducative.
- le service civil volontaire, une deuxième chance pour eux qui en ont le plus besoin, un apprentissage aux valeurs civiques, un accompagnement personnalisé pour l'aider à trouver un emploi à la fin de sa formation.
etc...
Bref, que des mesures "immondes" !!!!!!

Dernière interrogation, certains ont avancé que cette loi comportait un passage sur le travail de nuit des mineurs...
Je n'ai rien trouvé... mais peut être que ma vue me joue des tours et que j'ai mal lu.

Posté par Diane_1964 à 20:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires sur La croisade contre la loi sur l'égalité des chances !

    Désolé pour le hores sujet, Diane, mais je n'ai plus accés à ton forum. Déjà que j'étais le seul çà y aller, si je ne peux plus dialoguer avec moi-même pour qu'il tourne un peu avant que les participants de ton blog s'aperçoivent que c'est un bel outil, que va-t-il rester ?

    Posté par Claudius, 20 avril 2006 à 15:21 | | Répondre
  • J'ai relu mon intervention aprés l'avoir postée (ben oui ! je sais) il y a au moins 2 lettres en trop : un "e" et un "ç", les lecteurs éventuels sont priés de faire comme si ces deux lettres n'étaient pas présentes.
    Merci.

    Posté par Claudius, 20 avril 2006 à 15:24 | | Répondre
  • Heu

    Il marche bien le forum, enfin le truc horrible sous ce nom

    Posté par Draky, 21 avril 2006 à 11:45 | | Répondre
  • Pourquoi pas ?

    Ca m'a l'air pas mal ce projet...

    Posté par Niark, 28 avril 2006 à 00:39 | | Répondre
Nouveau commentaire